Ornithologie : limicoles et oiseaux d’eau en rivière de Pont l’Abbé

La Bretagne accueille des effectifs importants d’oiseaux migrateurs, venus chercher dans notre belle région les conditions favorables à un hivernage agréable ou à une reproduction réussie. La rivière de Pont l’Abbé est un site remarquable par la diversité de ses hôtes tout autant que par leur abondance et un lieu privilégié d’observation des limicoles et oiseaux d’eau en rivière. Les effectifs y sont maximum au cœur de l’hiver, mais c’est au passage d’automne (septembre/octobre) et au passage de printemps (mars) que les effectifs y sont les plus variés, car le territoire accueille alors un contingent d’oiseaux en transit effectuant là une pause de quelques jours dans le long chemin devant les conduire à leur villégiature.

En été, les effectifs sont en proportion moins importants mais tout aussi intéressants, et la destination garde tout son attrait, la nichée de tadornes de Belon évoluant sur le plan d’eau, ou le tohu-bohu sonore des héronières constituant quelques unes des nombreuses attractions estivales de l’endroit.

Cette rivière de Pont l’Abbé , au lieu de s’ouvrir directement sur la pleine mer, alimente un vaste domaine de vasières en une sorte de mer intérieure dont les 2/3 se vident à l’occasion de chaque marée. Ces étendues de sable vaseux constituent une formidable réserve de nourriture, où grouillent vers annélides, micro-crustacés, poissons juvéniles et coquillages…

Les bernaches

bernache rivière de Pont l'Abbé

En outre, la vasière accueille l’une des plus belle étendues de zostères, cette plante à chlorophylle amphibie entrant pour l’essentiel dans l’alimentation des bernaches cravants. Cette petite oie grise et noire occupe l’endroit dès le début de l’hiver, et ses effectifs dépassent à certains moments le millier d’individus. Dérangées par la marée, elles volent alors de part en part donnant au promeneur l’occasion d’observer leurs vols en formation serrée de bombardiers lourds.

Les canards

Canard siffleur rivière de Pont l'Abbé

Côté canards, à côté du « banal » colvert, vous verrez évoluer canards siffleurs et sarcelles d’hiver (en très grand nombre), souchets, tadornes de belon et quelques pilets, solennels dans leur tenue à queue de pie. Un peu plus discrets, et restant à distance sur le plan d’eau, les harles huppés et morillons tiennent la compagnie aux grèbes huppés et aux grèbes à cou noir.

Les limicioles

Limicoles rivière de Pont l'Abbé

Du côté des limicoles, vous ne serez pas déçus non plus, tant par la variété que par l’abondance : courlis cendrés et corlieux, huitriers pie, pluviers argentés et pluviers dorés, chevaliers gambettes et aboyeurs, bécasseaux variables et sanderlings, gravelots se disputent la vedette, mélangeant leurs cris et alternant vols glissés et arabesques dans le soleil couchant à l’heure où la marée montante condamne une à une leurs positions de repli.

Ajoutez à cette foule bigarrée quelques cygnes, grandes aigrettes ou spatules et vous aurez une idée de la richesse de ce territoire.
Pour les ornithologues chevronnés, cette promenade sera peut être l’occasion de faire une « coche », et garot à œil d’or, phalarope ou harelde de Miquelon s’égarent parfois à la pointe de l’île Chevalier, lors des gros coups de vents d’hiver.

A savoir :

le site est aussi pas mal fréquenté par les pêcheurs de  coquillages, et les riverains sont parfois excédés par les comportements dévoyés de certains envahisseurs n’hésitant pas à abandonner leur voiture n’importe où et croyant utile de traverser sans vergogne jardins et coutils. Il manquerait sans doute un ou deux parkings, mais cela aussi fait partie de la beauté de l’endroit. Respectez la nature et respectez ses habitants.

Pour vous repérer :


Agrandir le plan


Agrandir le plan