Ornithologie : seawatching en baie de Douarnenez

Nous vous proposons  une sortie seawatching en baie de Douarnenez qui présente tout son intérêt d’octobre à avril. Une longue vue et une paire de jumelle de grossissement 8×50 sont les auxiliaires indispensables. Départ donc pour une virée de quelques dizaines de kilomètres, prix à payer pour profiter de toute la variété des oiseaux marins hivernants en Iroise. Calculez votre départ pour observer les plages du début de marée montante jusqu’à la mi marée : c’est sans doute la meilleure configuration pour observer les mouettes et goélands à distance.

Première escale sur le port de Douarnenez où nous accorderons pour une fois notre attention aux atroupements de goélands sur les jetées et autres édifices du port : vous avez toutes les chances d’y rencontrer goéland bourgmestre et goéland à ailes blanches.  Ces deux oiseaux aux aires de répartition normalement plus nordiques sont désormais des hôtes réguliers des ports chalutiers et tout particulièrement de Douarnenez.

Phalarope à bec étroit en baie de Douarnenez

Un coup d’oeil attentif sur le bassin et ses abords nous permettra sans doute d’observer dans d’excellentes conditions guillemot de troïl et pingouin torda, à moins que ce ne soit l’occasion d’une observation rare : les deux espèces de phalaropes  y sont parfois observées après les coups de vent, de même qu’océanites, et jusqu’à la mouette de Ross qui a été observée en 2006 et 2007. Un rapide balayage des zones du large nous offrira peut être la perspective de quelques plongeons mais nous découvrirons plus tard de meilleurs postes d’observation.

Départ pour la plage du Ris à tout juste 2 km : là ce que vous avez pris en un premier temps pour un rassemblements de mouettes rieuses a toute les chances d’être une troupe de mouettes mélanocéphales. Des atroupements de 100 à 400 mélanos n’ont aujourd’hui plus rien d’extraordinaires, alors qu’elles étaient rarement plus d’une vingtaine au début des années 80. Si elles ne sont pas là et pour échapper à un sentiment de frustration insupportable au perfectionniste que vous êtes, vous pousserez alors jusqu’à la plage de Trezmalaouen situé juste au nord.

 

goeland à bec cerclé en baie de Douarnenez

Ne partez pas si vite, en tout cas pas sans avoir vérifié la présence éventuelle du goéland à bec cerclé. Cet égaré du continent nord américain est désormais un hôte régulier de la baie de Douarnenez. De moeurs très continentales, il ne séjourne en bord de mer que lors de ses phases de repos, et il faut donc un peu de chance pour le dénicher. Là aussi, un petit coup d’oeil au delà des rouleaux pourrait vous réserver quelques surprises, comme une mise en bouche avant la pointe de Tréfuntec, car c’est là que nous vous conduisons.

Cormoran en baie de Douarnenez

Direction Plonévez Porzay donc puis cap vers la mer. Au village de Tréfuntec, après quelques hésitations, vous vous dirigerez jusqu’à la pointe, et là, préparez vous à voir du « lourd »: le point d’observation est réellement exceptionnel, même si par nature, les possibilités d’observations sur la mer varient énormément d’un jour sur l’autre . Longue vue plantée, commencez à balayer minutieusement les zones en limites de portée de vision : vous avez toutes les chances d’y rencontrer grèbes huppés, et surtout plongeons imbrin, arctique ou catmarin. Le plongeon à bec blanc a même été signalé.

Poursuivant votre observation, vous avez toutes les chances de rencontrer plus près du bord d’abondantes troupes de macreuses noires. Avec un peu plus de chance, vous pourriez y observer quelques macreuses brunes, fuligules milouinan ou eiders à duvet. Toutes ces espèces alternent  phases de nourissage et phases de repos, et vous les verrez le plus souvent au repos. A l’inverse, le toujours très actif grèbe à cou noir vous surprendra pas sa vivacité.

Pour terminer la virée, vous longerez la plage de Sainte Anne La Palud où vous ne résiterez pas à l’envie planter la longue vue pour vous rendre finalement à la pointe de Talagrip pour une dernière scéance de seawatching tout particulièrement en direction de la plage de Pentrez, meilleur site de repos des macreuses noires.

N’oubliez surtout pas que les oiseaux sont intéressants aussi parfois côté terre, et les bruants des neiges ou hibou des marais ne demandent qu’à se laisser approcher.

Quant aux rarissimes harelde boréale et garrot à oeil d’or, il vous suffira d’être très chanceux, et d’y croire vraiment très fort!

Agrandir le plan