La chapelle ND du Bon Voyage

La chapelle ND du Bon Voyage surplombe le gîte : c’était bien le moins que nous vous en fassions la présentation.

En breton « Intron Varia ar Veaj Vad ». C’est l’une des chapelles préférées des habitants du Cap Sizun, et des générations durant, les marins l’ont saluée au moment du départ en mer, car il n’était pas une marée réussie sans qu’on ait eu, au passage de la Pointe, une pensée pour Notre Dame.

L’histoire de la chapelle est étroitement liée à celle du manoir de Kérazan de Cléden. Son chatelain entre au parlement de Bretagne à 26 ans, la vie lui sourit. Mais Nicolas est succesivement touché par une série de décès : sa femme Lucrèce, puis sa deuxième femme Marguerite et son fils Jacques enfin. Il ne lui reste alors qu’une fille Corentine qui mourra quelques années plus tard.

Rencontrant le père Maunoir, fervent prédicateur, il rentre en religion et est ordonné prêtre en 1656. Dès lors, toute la famille mène une vie résolument orientée vers la religion, et au décès de Nicolas, c’est son neveu Jean de Tréana qui hérite du manoir de Kerazan. Celui-ci, échappant de peu à la mort après une chute dans la réserve d’eau d’un moulin, se promet de faire construire une chapelle à la Sainte Vierge, en un endroit visible de la terre et de la mer.

C’est en juillet 1668 qu’est chantée une première messe à l’emplacement prévu pour la chapelle, et la construction démarre rapidement. Tous les ouvriers sont bénévoles, et le bois fourni gracieusement par le seigneur de Saint Louarn de Guengat alors que les pêcheurs fournissent l’huile de poisson pour les lampes (Goulou Malaouen).

Les travaux sont terminés en 1703 et la chappelle s’enorgueillit dès lors de posséder des retables aux boiseries finement sculptées, peintes de couleurs vives et de dorures. Le mur d’enceinte est construit en 1706, la première cloche bénite en 1712, et le clocher actuel terminé en 1852 seulement. En 1892, réfection importante, les peintres sont logés et nourris par les habitants de Plogoff.

En 1986, sous l’impulsion de quelques habitants de Plogoff, l’association « Les Amis de la Chapelle Notre Dame du Bon Voyage » est créée, et compte tenu de l’éat de délabrement de l’édifice, un programme ambitieux de restauration est lancé. Perpétuant ainsi une dynamique initiée trois siècles plus tôt, ces volontaires s’unissent en un fervent élan pour redonner à la chapelle toute sa splendeur.

La chapelle se visite tout l’été : l’autel sud est dédié à Sainte Anne, celui au Nord à St Joseph. Sur le retable principal se trouvent deux tableaux sculptés et peints représentant la nativité et la fuite en Egypte. Le plafond bleu est décoré de motifs marins stylisés. Dans la pierre, au dessus des bénitiers, les blasons des seigneurs de Kerazan, Saluden et Tréana. Au dessus des rétables latéraux, en médaillon ‘la main » des seigneurs de Kérazan, le « chien » de Keraz, le tout surmonté de la couronne du Marquis de Pont Croix. Sous les dalles, le sépulcre de Jean de Tréana.

A ne rater sous aucun prétexte : le pardon qui a lieu le deuxième dimanche de juillet. On y vient de fort loin, et la procession , temps fort de la célébration, suit la Grande Croix, puis la lourde statue de la Vierge portée par 4 hommes,  puis les maquettes de bateaux et les bannières. Traditionnellement, on faisait le tour de la chapelle à genoux en expiation de ses péchés.

Extraits du cantique à ND du Bon Voyage

Intron Varia ar veach vad
Hon hentchit war ar mor braz
Dreist pep tra mirit hor bagig
Pa vimp o tremen ar Raz

soit en français

Notre Dame du Bon Voyage
Guidez nous sur la mer immense
Surtout protégez notre barque
Quand nous traversons le Raz