Pêche des appâts : Le Goyen rive droite

Le Goyen prend son embouchure à Audierne. S’étirant sur une quinzaine de kilomètres, c’est d’abord une charmante rivière, excellent pour la truite et le saumon notamment. Sa situation en fait un lieu idéal pour la pêche des appâts : Le Goyen rive droite.

A partir de Pont Croix, la rivière se transforme en ria, et voit son cours envahi par la mer à chaque marée montante. Là se mélangent éléments nourriciers issus de l’interland et vie planctonique issue du domaine côtier. Il en résulte un foisonnement de vie, une affluence  halieutique exceptionnelle, et la ria joue tout à la fois le rôle de nurserie pour les alevins, de nourricerie pour les juvéniles et de garde manger pour les grands prédateurs : bars, royales, congres, et jusqu’au lieu noir et au grondin perlon qui remontent là chercher pitance.

C’est un excellent parcours pour récolter les appâts, mais leur répartition se fait de façon assez subtile en fonction de la bathymétrie, de la granulométrie des sédiments, ou de la teneur en vase.

En partant de l’amont et en restant sur la rive droite nous vous proposons les escales suivantes :

Pêche des appâts : Le Goyen rive droite

La vasière : accès par la route de Pont Croix en face de la déchetterie, se garer sous les pins au bord de l’eau. Engagez vous dans le premier champ de vase, c’est très mou mais ça passe. Traverser le ou les bras d’eau (vous avez toute les chances de remplir vos bottes) : vous arrivez  sur un banc de vase dure. Là commence votre prospection à la recherche des coques : elles sont suivant les années particulièrement nombreuses ou au contraire des plus rares. De gros trous sur la vase et de tant à autres un petit geyser vous signalent la présence de lutraires : ressemblant beaucoup à la mie des sables, elle est de très médiocre efficacité, laissez là vivre!

 

Le banc de Suguensou : accès par la lagune de la station d’épuration. Garez vous au bord du chemin de halage. Les nombreuses traces de fouissage vous indiquerons le secteur sans équivoque : vous êtes sur le territoire des arénicoles, ce gros ver noir bon à tout faire. En descendant plus bas vers le bras d’eau, vous arriverez sur un secteur de sable compact nettement moins vaseux : ici c’est la néréide, cette belle garvette blanche, véritable aimant pour bars et lieus que vous pourrez pêcher. Ne conservez jamais vos néréides avec les arénicoles : ce voisinage leur est fatal.

 

le pied de couteau est un apât du goyen rive droite

La voie ferrée : en venant d’Audierne vers Pont Croix, garez vous près du joli pont de pierre enjambant le bief donnant sur la vasière. De là, empruntez l’ancienne voie ferrée en direction de Pont Croix. Tout au long du chemin, et sans avoir forcément à descendre bien bas dans la grève, vous trouverez un mélange compact de vase et de cailloutis favorable à la garvette de vase. Elles sont toujours abondantes, pas forcément très grosses, mais en cherchant un peu; vous trouverez « le bon secteur ».

 

Le banc de sable du parc à huitre : à partir du parking du chemin de halage, descendez directement dans la grève. Avec des coefficients supérieurs à 75 vous verrez apparaître un banc de sable coquillier bien blanc et particulièrement léger. En été, inutile de vous y intéresser : c’est en général un parfait désert. Par contre, en hiver, le lançon aime à s’y enfoncer, se mettant ainsi à l’abri des prédateurs. Vous le chasserez avec une vielle faucille ou mieux encore à la fourche bêche.

 

Anse du Stum : Goyen rive droite

L’anse du Stum : accès de puis le parking de la salle omnisport. La vasière qui s’étend là n’est pas forcément très riche, mais par coefficients de 90 et +, elle vous donne accès à un bon secteur pour les pieds de couteaux et les mies de sable.

 

Entre les deux épis : garez vous près de la passerelle qui traverse la « petite plage des Capucins ». Ce secteur est à réserver également aux coefficients supérieurs à 90. Vous y trouverez également de jolies mies, ainsi que certaines années de pieds de coûteux de la variété Ensis Ensis (tellement bons dans l’assiette qu’il est criminel de les mettre sur l’hameçon : attention la rivière est classée en C du point de vue sanitaire risque de gastro!) En cherchant les mies, vous aurez peut être la chance de trouver un bi-bi, le fameux ver américain qui suffit à lui seul pour tout une partie de pêche. Dans les blocs des deux épis, dès la fin juillet vous pourrez pêcher de jolis bouquets, excellents appâts pour le bar et pour le lieu.

 


Agrandir le plan


Agrandir le plan