Pêche au port de St Edwette

Ce secteur de l’avant port est réputé poissonneux, même s’il est un peu irrégulier, et il bénéficie d’une position intermédiaire entre les zones du large et la ria du Goyen. Pour la pêche au port de St Edwette peu près toutes les techniques peuvent y être mises en œuvre, mais nous en avons retenues trois, susceptibles de vous assurer, avec une relative constance, succès et émotions.

Flotteur pour pêche à la canne

La première se pratique depuis la cale embarcadère elle-même, à la tombée de la nuit et il faut, pour réunir toutes les chances de succès, que la mer soit haute vers 22-23 heures. Le poisson aime alors à se réunir sous la lumière des deux lampadaires, et c’est typiquement une pêche de juillet-août lorsque lieus jaunes, chinchards, tacauds et prêtreaux se massent dans le port. Toutes les pêches au bouchon sont alors efficaces, et il vous faudra tatonner un peu pour trouver la bonne profondeur. Ne cherchez pas trop au fond, car le poisson « flotte » la nuit et une profondeur de 1,50m suffit en général largement. Certains utilisent des bouchons lumineux, ce qui n’est pas utile de notre point de vue compte tenu de l’éclairage. Par contre, la stratégie consistant à « strouiller » avec une amorce grasse à base de sardine ou de maquereau a largement fait la preuve de son efficacité. De ce même embarcadère, on réalisera de la mi-mars jusqu’à fin mai des pêches de seiche assez extraordinaires, avec des individus approchant les 2 kilos.

Le truc : lors des pêches d’hiver, pendant que les cannes pêchent d’un côté de la cale, traînez un haveneau ou mieux encore une balancine carrée de l’autre côté de l’édifice : certaines nuits, les jolis crevettes bouquets se laissent ainsi pêcher par centaines !

La deuxième pêche que nous avons retenu s’opère depuis le brise lame sur à peu près toute la longueur de l’édifice, et plus particulièrement au bout de la jetée. Il s’agit cette fois de séduire les beaux lieus jaunes qui aiment cette alternance de fonds de sable et de massifs de laminaires.

On y pêche classiquement de 2 façons, soit avec un montage mitraillette de 3 hameçons avec cuillère de 30 à 60 grammes comme lest terminal, soit avec un montage bouchon coulissant avec une plombée minimale de 30 grammes pour tenir compte des conditions de mer souvent un peu rude. Dans cette deuxième hypothèse, on se sera préalablement munis de garvettes, les meilleures pour l’occasion étant la néréide blanche et la garvette à crochets qu’on laissera librement dépasser de l’hameçon. On peut également utiliser un montage à ramener avec un anguillon souple monté sur long trainard derrière une plombée de 30 grammes, ou mieux encore, un leurre souple équipé d’une tête plombée.

 

Le truc : garder un œil sur les blocs car de très jolis bars suivent la digue à la montante, aussi bien du côté intérieur que du côté extérieur et des lunettes polarisantes sont d’une certaine efficacité pour l’occasion. Un leurre souple ou un crabe mou présentés sur leur passage pourrait retenir leur attention.

 

Seiche au port de St Edwette

Dernière stratégie : pêcher la vieille au départ du brise lame. Alors que notre instinct de pêcheur nous pousserait à chercher le poisson plus au large, nous allons nous faire violence et rester pêcher dans les 50 premiers mètres du brise lame. Côté extérieur, dans l’angle formé par la digue et la côte rocheuse s’accumulent des débris d’algues en quantité, que les poissons apprécient tout particulièrement car s’y concentrent talitres et gammares. Trop dans les algues, ce n’est pas bons et trop à l’extérieur non plus : il vous faudra donc préalablement repérer à marée basse les zones favorables, et le décrocher que formes les blocs de soutènement constituent souvent un excellent poste de pêche.

Nous utiliserons un montage en calée avec une plombée terminale de 60 à 150 grammes suivant la puissance da la canne et un montage en dérivation à une ou deux potences. Comme appât, la garvette de vase ou la garvette à crochet, le crabe vert ou le crabe noir, le crabe mou ayant toutes nos faveurs. Inutile de lancer très loin, les belles pêches se font à 10 mètres du bord.

 

Le truc : ne quittez jamais l’endroit sans avoir effectuer quelques lancers avec un poisson nageur ou un leurre souple depuis la petite grève de sable et galets située à quelques dizaines de mètres, en particulier lorsque que les coefficients de vives eaux mettrent en suspension les algues en décomposition ; ce peut être l’occasion d’une très belle pêche de petits bars.

 



Agrandir le plan


Agrandir le plan